les Abattoirs, Musée - Frac Occitanie Toulouse

Effets secondaires

Myriam Mechita & Samir Ramdani
Du 17 mars au 25 juin 2021
La Fabrique - Université Toulouse - Jean Jaurès
Samir Ramdani, "Superbe spectacle de l’amour" (détail), vidéo HD, 2016 © Samir Ramdani - Myriam Mechita, "The Witch of end, encre et crayon sur papier", 2017, Collection de l’artiste © Myriam Mechita

Cette exposition met en avant le travail de deux artistes contemporains à travers une quinzaine d’œuvres prêtées exceptionnellement par les Abattoirs, l'Artothèque du Lot, l’Hôtel d’Agar à Cavaillon et les artistes eux-mêmes : dessins, estampes, céramiques, installations, photographies et vidéos.

Elaborée par les étudiant.e.s du Master 2 Métiers de l’art. Régie, documentation, numérique de l’Université Toulouse – Jean Jaurès, l'exposition a pu voir le jour grâce à une collaboration avec les Abattoirs, Musée – Frac Occitanie Toulouse et le CIAM.

Au sein de La Fabrique, espace d’exposition du Centre d’Initiatives Artistiques du Mirail (CIAM) à Toulouse, sont réunies pour la première fois les œuvres de la plasticienne Myriam Mechita (Strasbourg, 1974) et du réalisateur Samir Ramdani (Privas, 1979).

À l’étage, le Tube s’ouvre sur un long mur où sont diffusées plusieurs œuvres photographiques et vidéos de Samir Ramdani. Dans les vidéos qu’il réalise depuis une dizaine d’années, l’artiste aborde les questions de dominations sur le mode du décalage. Ses œuvres empruntent donc avec jubilation à l’esthétique des films d’horreur et de science-fiction, aux codes des thrillers ou à l’abstraction géométrique, associant zombies et questions de genre, performances de Krumpers et perspectives afro-futuristes. Superbe Spectacle de l’Amour, tourné au sein du quartier du Mirail à Toulouse, illustre sa démarche artistique.

Au rez-de-chaussée, le Cube présente les œuvres de Myriam Mechita. Mêlant des corps décapités aux paillettes, l’artiste joue sur l’ambiguïté invitant le spectateur dans un monde entre réalité et imaginaire, vie et mort, ombre et lumière, beau et laid. Trônant au centre de la pièce La Suprématie du savoir ou l'œuvre révélée témoigne de cette ambivalence.

L’exposition Effets secondaires montre ainsi le travail de chaque artiste et propose également un dialogue entre Myriam Mechita et Samir Ramdani. À travers leurs œuvres, les artistes interpellent sur des problèmes sociétaux comme la question du genre, la discrimination, les inégalités ou encore l’altérité. Myriam Mechita et Samir Ramdani ont deux univers bien distincts mais se retrouvent dans une approche critique de leur temps. Leurs parcours de vie, leurs expériences d’auteur.e français.e d’origine arabe ayant grandi en milieux populaires, nous éclairent sur la justesse acerbe et l’originalité du regard qu’elle et il portent sur le monde.