Musée d'art moderne et contemporain à Toulouse, FRAC Midi-Pyrénées
  • Diminuer
  • Augmenter
  • Connexion

Picasso, horizon mythologique

Du 18 septembre 2015 au 31 janvier 2016
 
les Abattoirs
Pablo Picasso, Figures au bord de la mer, 12/01/1931

Cette exposition réunit une trentaine d'œuvres, peintures, dessins et sculptures, qui, majoritairement réalisées dans les années 1920 et 1930, offrent un contexte d'appréhension unique et renouvelé du rideau de scène conservé aux Abattoirs. Elle est la plus importante exposition monographique consacrée à l'artiste à Toulouse depuis l'exposition du Musée des Augustins en 1965.

Dans le cadre du 30e anniversaire du Musée national Picasso-Paris.   

La dépouille du Minotaure en costume d'Arlequin, la gouache réalisée en 1936 et qui a servi de carton pour la réalisation du rideau sera au centre de cette exposition. À la rencontre des mythologies grecques, égyptiennes et de la commedia dell'arte, les personnages qui occupent le premier plan de cette œuvre sont souvent décrits comme des autoportraits de l'artiste : monstre comédien, dieu solaire, vieillard ou jeune homme en marinière. Cet univers, reflet des libertés et ambitions de Picasso, est au centre de l'exposition.

Mais cette mise en scène se révèle dans un environnement particulier, un bord de mer. À partir des années 1920, Picasso multiplie les allusions aux rivages. C'est d'ailleurs un des rares motifs extérieurs de son œuvre, passés les paysages sous influence cézannienne des années 1900. Il y a bien sûr ses passages à Dinard entre 1922 et 1928 pendant lesquels seront réalisées plusieurs œuvres dont les Joueurs de ballon (1928) présentés ici. Plus tard aussi, la plage devient un espace mental, métaphysique. C'est là qu'il campe le chef d'œuvre de sa période surréaliste Figures au bord de la mer (1931) dont le prêt revêt un caractère exceptionnel. En amont et en aval, ces sites deviennent des cadres archétypaux où poser ses compositions, dessins, expérimentations.
Ces paysages archétypaux entretiennent d'ailleurs une connivence avec l'espace théâtral, souvent convoqué pour approcher l'œuvre du peintre. Ainsi, si le rideau de Parade (1917) se faisait trompe l'œil en figurant une scène de théâtre, La Dépouille du Minotaure en costume d'Arlequin (1936) utilisé pour le rideau du "14 juillet" schématise ce rapport à l'espace théâtral en le résumant en un horizon. Le bleu du ciel et de la mer font décor, la plage est une scène où poser les personnages. Et les sculptures des cinq Baigneurs réalisées en 1956 par l'artiste sont autant d’acteurs en devenir.

 

 

Pablo Picasso, Joueurs de ballon sur la plage, 15 août 1928, Huile sur toile –
24 x 34,9 © Succession Picasso Photo. (C) RMN-Grand Palais (musée Picasso de Paris) René-Gabriel Ojéda


Pablo Picasso, Les Baigneurs : la plongeuse - Été 1956, Bronze - 264 x 83,5 x 83,5 © Succession Picasso. © RMN-Grand Palais (musée Picasso de Paris). Photo. @visiteztoulouse