les Abattoirs, Musée - Frac Occitanie Toulouse

Journées européennes du Patrimoine

“l’Art du Partage”
Samedi 15 et dim. 16 septembre 2018
les Abattoirs - Entrée libre

Redécouvrez dans les cours extérieures les œuvres de Fernand Léger dont l’idéal était de produire des créations accessibles à tous. À l’étage, "plus près du ciel", Gravité Zéro conduit le visiteur à la conquête de l’espace, entre rêve et réalité, anticipation et nostalgie.

Faire partager l'art au plus grand nombre est une des missions essentielles de tout musée. Les Abattoirs offrent, durant les Journées du patrimoine, la possibilité d'aborder dans les cours extérieures les œuvres de Fernand Léger dont l'idéal était justement de produire, dans les espaces publics, des créations accessibles à tous.

Programme :
- Visites guidées, le samedi 15 et le dimanche 16 septembre 2018 à 14h30 et 16h
- Visite en langue des signes, le samedi 15 septembre à 14h15 (durée 1h)
- Atelier enfant en langue des signes, le samedi 15 septembre à 14h (durée 1h30)

 

Gravité Zéro, une exploration artistique de l’aventure spatiale
Les Abattoirs continuent leur exploration des croisements entre les sciences et les arts aujourd’hui. Suite au dépôt de la collection d’art contemporain de l’Observatoire de l’Espace du CNES, les deux établissements présentent une exposition portant sur l’exploration artistique de l’aventure spatiale et la figure de l’artiste en cosmonaute.
Si la science-fiction n’a eu de cesse de fantasmer la vie au-delà de la Terre, cette exposition rassemble une quarantaine d’œuvres d’artistes internationaux qui s’ancrent dans la réalité de l’exploration spatiale. En s’appuyant sur les récits de chercheurs, d’ingénieurs, et de cosmonautes, ou en puisant dans l’histoire populaire et politique de la conquête de l’espace, les artistes nous incitent à redécouvrir l’aventure spatiale. Rassemblant installations, films, sculptures, photographies, marionnettes etc., ce parcours débute avec un ensemble historique contemporain de la conquête de l’Espace dans les années 1960. Il se clôt en "gravité zéro", avec le Télescope intérieur, œuvre conçue par Eduardo Kac pour n’être réalisable qu’en apesanteur, exécutée l’année dernière par Thomas Pesquet, spationaute devenu performeur.