les Abattoirs, Musée - Frac Occitanie Toulouse

Conférence de Laura Bernard

"De fil en aiguille, les Antipénélopes, XXe-XXIe siècle"
Vendredi 13 avril 2018 à 18h30
 
Auditorium des Abattoirs - Entrée libre
Annegret Soltau, Autoportrait, self #9. Photographie, fil, 1975. Private Collection, Frankfurt.

"Elles ont tout repris à leur compte : les sujets, les genres, les thèmes, les médiums qui caractérisaient, en les restreignant, les travaux-de-dames. Bienséance, décence, pudeur... Pulvérisés ces mots-clés. Elles revendiquent, elles parodient, faisant imploser les codes du genre servis par le sexisme."

Elles ? Des artistes qui dans l’arc du XXe et de ce début de XXIe siècle se sont échinées à exister et produire hors des sentiers barbelés par trop de jolies roses pour les filles. Si les Proverbes d’Annette Messager, les sculptures en crochet de Joanna Vasconcelos connaissent une aura internationale, les céramiques tatouées de Jessica Harrison, les performances de Pilar Albarracin, les broderies de Sally Hewett sont des œuvres plus confidentielles, mais largement représentatives dans le champ de l’art contemporain.
 
Il s’agit de découvrir, à travers leurs travaux, qui sont tout sauf "de dames" ce que dénoncent et révèlent ces Antipénélopes, et combien leur humour, leur iconoclasme, leur liberté conquise de penser et d’agir s’inscrivent dans l’histoire des révolutions féministes.
 

Laura Bernard
Professeur d’arts plastiques et dʼhistoire des arts, Laura Bernard mêle démarche culturelle, politique et identitaire, ce qui lʼa amenée, depuis les années 1990, à interroger les spécificités des productions artistiques contemporaines des femmes.
Son champ d’étude croise les registres où s’affrontent traditions et tendances, où se confondent "petits" et "grands" genres. Bédéiste, mais aussi militante féministe et lesbienne, elle questionne la transmission dans ses modèles imposés et en prône une redéfinition.
 

Dans le cadre du 21e Printemps lesbien de Toulouse.