Musée d'art moderne et contemporain à Toulouse, FRAC Midi-Pyrénées

BLANCHE #4

Jeudi 27 avril 2017 à 18h
 
Auditorium des Abattoirs - Entrée libre

Lancement du 4e opus de la revue BLANCHE consacrée à Éric Watier. En présence de l’artiste et de Quentin Jouret (directeur éditorial aux Éditions Autrechose). Qu’éditer aujourd’hui ?
Quelle part pour le gratuit et le payant ?

BLANCHE est une publication d’artiste périodique. Pour chaque numéro un artiste est invité à réaliser une édition originale, œuvre d’art à part entière. Le format est celui d’un petit journal (25×35 cm). C’est l’unique contrainte imposée aux artistes qui sont libres d’investir la revue comme ils le souhaitent.

Cette édition, en tirage limité, est ensuite diffusée sur Toulouse et Paris grâce aux partenaires du projet, en librairies et au cours d’événements festifs qui accompagnent la sortie de chaque numéro.

Une microédition, gratuite et tirée à 2000 exemplaires est imprimée à l’occasion de chaque sortie et largement diffusée dans les MJC, maisons de quartiers de la ville de Toulouse ainsi que dans les différents espaces culturels de Toulouse et Paris (galeries, centres d’art, etc.)

Il s’agit de retrouver le goût pour les pratiques éditoriales avant-gardistes telles qu’elles ont pu exister dans les années 60 et 70 : résolument généreuses, positivement "pauvres" (matériaux simples favorisant une inventivité première et une plus large diffusion). Cette revue sera à mi-chemin entre l’exigence artistique des pratiques issues de l’art contemporain et le désir de toucher un public le plus large et populaire possible.

http://editions-autrechose.com/

 

Éric Watier fait des livres depuis le jour où il a, dit-il, "découvert le photocopieur en 1981". Ses publications sont minimalistes et très souvent gratuites : des petites brochures, des affiches, des tracts, des cartes postales, etc., toutes choses faciles à faire, à reproduire, à diffuser. Le livre a été un moyen de sortir son travail de l’atelier, de le rendre visible indépendamment des expositions traditionnelles : grâce au livre photocopiable, l’artiste prend le large par rapport au galeriste. Aujourd’hui, Watier envisage internet comme le médium de diffusion le plus adéquat pour son travail : son blog est devenu "une sorte d’atelier en ligne où tout se fait en direct". Le blog confère une visibilité potentiellement infinie là où la diffusion du livre était matériellement et financièrement limitée. Être visible ne veut pas dire être vu, mais cela lui importe peu.
 
Pour Blanche Éric Watier s’appuiera sur la forme particulière de la revue et de ses trois cahiers pour proposer une traversée de son travail.
- L’édition centrale (25x35 cm) sera composée de 3 grandes affiches pliées. Objets multiples, à la fois lisibles comme un livre, mais également à même, une fois dépliées, de rejoindre le mur.
A l’occasion de la sortie de BLANCHE n° 4, de nombreuses affiches seront collées sur les murs de la ville de Toulouse, comme un point de résonance et de dissémination de son travail dans l’espace urbain.
Ce travail traduit la préoccupation de Watier pour deux registres d’images :
Des photographies en noir et blanc de lieux indéterminés, espace relevant de l’entre-deux, et dont émane une beauté muette.
Des images "abstraites" et sans motif issues de "ratages" numériques (scans de diapos trouvées, manipulation Photoshop d'un scan [la trame d'un carnet],
numérique
"Toutes les images ont été faites après un an et demi passé à manipuler mon scan pour m’éloigner de la photographie qui me semblait une façon trop évidente de faire des images et trop alourdies pour pouvoir encore faire des photographies…"
La plupart des images déjà sont disponibles sur monotonepress.net
celles qui ne le sont pas encore le seront après publication dans Blanche
 
- Le livret A4 sera lui constitué d’un long interview avec Emmanuel Latreille [directeur du Frac Languedoc-Roussillon] ainsi qu’un texte de Didier Mathieu [directeur du cdla/centre des livres d’artistes]
- enfin le gratuit [A5], microédition tirée à 3000 exemplaires qui sera diffusée dans les espaces partenaires [centre culturel, centre d’art, MJC, bibliothèques, galléries, etc.]

 

Dans le cadre des Jeudis des Abattoirs et avec le soutien de :