Musée d'art moderne et contemporain à Toulouse, FRAC Midi-Pyrénées

Art contemporain
en Midi-Pyrénées

David Brunner | Artistes

David Brunner

Après des études aux Beaux-Arts de Besançon et de Toulouse il expose au M.A.M.A.C de Nice (Les Artifices de la Nuit – 1999) et la galerie Evelyne Canus (Phosphochrome -2000) afin de présenter un univers issu de la génération «zapping». David Brunner se tourne vers une certaine forme de pluridisciplinarité dans laquelle prédominent des symboles et des objets de la culture électronique. Considérée comme superficielle et gouvernée par les tendances de la mode, et du design, il crée une interaction, recherchée par l’artiste et le visiteur comme un besoin vital. Il conçoit ainsi des espaces de communication, des points de rencontre attractifs, et donne à voir un univers protéiforme, empruntant autant à la culture populaire qu’au domaine scientifique (El Matadore, Centre Culturel De Huesca, Espagne – 2000 /// Shark Millenium, ALaPlage, Toulouse- 2002) où se bousculent des visions d’un présent/futur à la fois fantasmagoriques et par trop lucides...

Ces pratiques recoupent, peintures, installations, sculptures, décors muraux (wall painting), photographies et animations numériques et forment une mosaïque ambivalente et contradictoire, où les orientations et les décisions sont tour à tour l’enlisement stupéfiant et la volonté de produire des diktats inoxydables. S’interroger sur le devenir du kitch et de nos perceptions futures de notre présent.

Au-delà des références « science fictionnelles », il met en jeu d’autres problématiques dont la lecture ne s’opère pas au premier degré (Les néons gélatinés, Les modules sonores) Ainsi Il manipule et mixe ces références hétérogènes leur attribuant par-là même un aspect critique tout en réactivant des éléments jugés aujourd’hui obsolètes, alternatifs et dépassés (disquettes 12 ‘’, Le Cheap Control) mais dont la proposition, radicale, prend tout son sens au regard de l’individualisme forcené de la société contemporaine. Il en est de même avec les slogans et citations qui scandent parfois ses expositions Welcome to Future, the Future is Now (ALaPlage, Toulouse-2002) officient comme autant de phrases dont la charge sémantique se retrouve décalée, ce qui leur confère cet effet de déjà lu troublant.

L’utilisation des matériaux de la société post-industrielle (néons) montre ici très simplement, juste dans la répétition, comment derrière ces tubes lumineux réside l’obsessionnel et l’indifférence que suscitent des décors quotidiens construits pour le plaisir domestique, tout comme le papier peint. De cette démarche sont nés les Murs Animés, des projections d’animations numériques réalisées sur ordinateur.

David Brunner a participé à divers collectifs urbains, dans lesquels se croisent les technologies, la culture pop et la musique électronique. Actuellement graphiste et vidéo designer, il se produit fréquemment sur la scène électronique européenne en tant que Vj (Video Jockey) où il n’hésite pas à diffuser et à mixer de l’art vidéo dans un festival techno où fête et culture sont indissociables.

David Brunner,
diplômé des Beaux Art de Besançon et de Toulouse.

___ Principales expositions

2012    Jardins Synthétiques, Toulouse
             Château Comtal, Carcassonne
2011    La Superette, L’interlope, Neuchâtel, Suisse
             Video Art Night | Jardins de Bagatelle, Neuilly-sur-Seine
2010    La Superette, L’interlope, Neuchâtel Suisse
2009    Le Bureau des Ouragans, Lieu-Commun, Toulouse
             Slick Art Fair, Le 104, Paris
             Super Me, L’Orangerie, Paris
             Expo d’Eté, Galerie Sycomore Art, Paris
             Mutisme(s), Lieu-Commun, Toulouse
2008    Slick Art Fair, Le 104, Paris
             Geologic, Galerie Sycomore, Paris
             Festival Surrealizm, Bloc G, Carcassonne
             Foire internationale d'Art Contemporain, Sao Paulo, Brésil
             Galeria Eduardo H Fernandes, Sao Paulo, Brésil
2007    Festival Accès(s), Pau
             Diva Digital Air Fair, Paris
             Les Peuples Manqués, Galerie la Maison du Chevalier, Carcasonne
             Foire internationale d'Art Contemporain, Sao Paulo, Brésil
2006    Galeria Eduardo H Fernandes, Sao Paulo, Brésil
             Exposition Sycomore, Le Presbytère, Thirgeville
             Aqua Corrente, Centro Cultural, Sao Paulo, Brésil
             Résonance Magnétique, Galerie Sycomore, Paris
2005    Low Tech 2000, Villa Arson, Nice
             Vynil, Le Lab0, Villa Caméline Nice
             Compakt, Centre G.Pompidou, Paris
             Molécules, Objective Galery Londres
2004    Avant partir n’oublie pas la lumière, Galerie Sycomore, Paris
             Particules, Objective Galerie, Paris
             1% Artistique, Commande Public pour le Lycée Ch. de Gaulle, Muret
             Envoles-moi, Domaine de Ribonnet, Beaumont sur Lèze
             Stade Bleu, Le Stadium, Toulouse
             Célébration, Festival Manifesto, installations de modules sonores, Toulouse
2003    Happy Christmas, Galerie Sollertis, Toulouse
             5ème Mur, CAPC, Bordeaux
             Superflux03, 7ème Biennale de Lyon, Galerie Roger Tator, Lyon
             Artothèque, Le Bond de la Baleine à Bosse, Toulouse
2002    Shark Millenium, ALaPlage, Toulouse
             Christmas Show, Galerie Sollertis, Toulouse
             Sans Titre, Galerie Evelyne Canus, Bâle, Suisse
             Sans Titre, Elvis Godard, Rodez
             Into The Chicane, Vidéo Performance, Circuit F1 de Monaco
2001    Photonik Project, Lycée R.Naves, Toulouse
             Flying in the Sunset, Le BBB, Toulouse
             Happy Party 2 You, Le Logoscope, Monaco
2000    Secret, Installation In Situ, Le Queen (discothèque), Paris
             Phosphochromes, Galerie Evelyne Canus, La Colle sur Loup
             Kaléidoscope, Le Logoscope, Monaco
             Mono Poly, Galerie Evelyne Canus, Paris
             Iris Festival, Jyvaskyla, Finlande
             Panoramixes, Falculté de droit de Toulouse
             Soirée Têtu, Installation In Situ, Opéra Bastille, Paris
             Festival Periferias, Centre Culturel de Huesca El Matadore, Espagne
             Solo Global, , Centre Culturel de Huesca El Matadore, Espagne
1999    Les Artifices de la Nuit, Musée d’Art Moderne et Contemporain, Nice
             Espace d’Ecoute, Galerie du Quai, Toulouse
             Crêperie 2000, avec Patrice Carré (oeuvre collective), Espace des Arts, Colomiers
             Banco, Le Logoscope, Monaco
             L’Exposition d’Octobre, commissaire Catherine Hubert, Palais des Arts, Toulouse.
             Art Product, commissaire Sébastien Sérendrei, Villa Montpassant, Cannes
             Imagine un aveugle qui rêve, ALaPlage, Toulouse
1997    In Situ In Visu, assistanat avec Eric Samakh, Centre Apollo, Mazamet
             Phonon/Photon, Groupe de Musique Electroacoustique d’Albi

___  Bourses

2005    Titulaire d’une aide à la création (AIC, Ministère de la Culture)
2000    Titulaire d’une aide à la création (FIACRE, Ministère de la Culture)

___  Programmations et diffusion Vidéos

2011    J'exp(l)ose, Réalisation du film de l'exposition, Toulouse
             Toulouse Eté - Gare Matabiau, Toulouse
             Théâtre Garonne | In Extremis #8 - Carmen Blaix performing arts, Toulouse
2010   10 ans Musée d'art moderne et contemporain - les Abattoirs, Toulouse
             Festival Manifesto - Carmen Blaix performing arts, Toulouse
             La Novela - Carmen Blaix performing arts, Toulouse
2005    La Nuit des Musée, Les Abattoirs, Toulouse
2004    5ème Rencontres Cinéma et Vidéo, Cinéma Mercury, Nice
             Vidéo Formes, Clermont-Ferrand
             Images Passages, Annecy
2003    Videorium, les Abattoirs, Toulouse
             Itinéraire, Festival Vidéo, Mexico, Mexique
             Programmation Vidéo, Zoogalerie, Nantes
             Images Passages, Annecy
             West End Festival, New York, USA
             Shang High, Sanghai, Chine
2002    Mexifornia, Galerie Brentstetter, San Diego, USA
             Cracovidéo, Festival Vidéo Franco-Polonais, Aletier 387, Paris
2001    Flying in the Sunset, Le BBB, le Japan, Toulouse
             Festival Electro et Multimédia, Le Médiator, Perpignan
2000    Panoramixes, Falculté de droit de Toulouse
             Programmation itinérante, D-Tracks
1999    Dérushages 99, Studio 13 Cannes
             1ère Rencontres Cinéma et Vidéo, Musée d’Art Moderne et Contemporain, Nice
             48ème Biennale de Venise, Pavillon Italien, Venise, Italie

___ Catalogues et publications

L'école de Toulouse - Grands acteurs de l'art contemporain, Annie Merle, Toulouse, 2010
Low Tech - Villa Arson, Nice, 2005
Le Rouge Gorge - Stade Bleu, Toulouse, 2004
Manifesto - Féstival de l'image contemporaine, Toulouse, 2003
5ème Mur, L'Ego - CAPC, Bordeaux, 2003
Crêperie 2000 - Espace des Arts, Colomiers, 2000
L'Exposition d'Octobre - Ecole des Beaux-Arts, Toulouse, 1999
Iris Festival - Jyvaskyla, Finlande, 1999

___ Réalisation Discographique

2000    Musique pour autoroute, Label Cocktail 2000
1998    Opérette d’Artistes, commissaire Joël Hubaut, label de la Station Mir
Plusieurs réalisations discographiques sur CD-R pour les installations sonores

___ Réalisations Infographiques

2003    Pochette de disque pour Fiendish Fib (Angström Rec.)

  • Médiéval Transfert | Château Comtal - Carcassonne 2012
  • Médiéval Transfert | Château Comtal - Carcassonne 2012
  • Les Jardins de Phosphoria | Jardins Synthétiques - Toulouse 2012
  • Les Jardins de Phosphoria | Jardins Synthétiques - Toulouse 2012
  • structure sagex | Superette, Neuchâtel - Suisse 2010
  • Mutisme(s) | espace d'art contemporain Lieu-Commun - Toulouse 2009
  • Geologic | Galerie Sycomore - Paris 2008
  • Résonance magnétique | Galerie Sycomore Art - Paris 2006
  • Aqua Corrente | Centro Cultural, Sao Paulo - Brésil 2006
  • Blue Monday | Low Tech 2000, Villa Arson - Nice 2005
  • Blue Monday | Low Tech 2000, Villa Arson - Nice 2005
  • Mais comment taire mes commentaires ? | Envoles-moi, Domaine de Ribonnet - Beaumont sur Lèze 2004
  • Shark Millenium | ALaPlage - Toulouse 2002

Les modules sonores :
"...produits manufacturés détournés de leur fonction initiale (à l'origine ce sont des puces électroniques utilisées dans des cartes postales sonores). Ils jouent en boucle des échantillons de chants populaires que je superpose. Cela crée un chaos sonore non répétitif à partir d'éléments cycliques, binaires, électroniques. Un chaos agréable à l'écoute, hypnotique, inattendu avec une périodicité imperceptible, irrégulier propre aux phénomènes naturels. Les modules fonctionnent avec des piles au lithium et se meurent peu à peu, déformant ainsi la composition. Chaque jour l'ambiance sonore est différente. Les modules sonores sont dissimulés de façon que l'on ne les voie pas. Ils restent inaccessibles. Les réactions des passants sont très surprenantes, comme quoi, un si petit objet peu attiré autant d'attention. Certaines personnes sont prêtes parfois à tout pour essayer de dénicher un module. Les sonorités sont choisies suivant les lieux; des sonneries et des sirènes près d'un commissariat de police, des chansons populaires sur le thème de Noël autour d'une basilique ou d'une cathédrale, ou bien tout simplement glissés derrière un panneau quelconque. Parfois ces manifestations sont filmées et deviennent plus qu'une trace mais un document proche de la caméra cachée." Une boucle de module dure environ 17 secondes, elle correspond aux notes de l'enregistrement. La répétition se réalise par un procédé électronique. En musique concrète, ce procédé se nomme une "pédale": type de son excentrique artificiel crée par répétition électronique d'une cellule. Chaque module à une puissance de 0,1 w et est vibratoire.

Ces modules ont été installés à plusieurs reprises dans divers lieux publics: - La Défense Paris (Tour Efl / Total), plusieurs dizaines de modules fixés à l'aide d'une fronde, commissariat d'une grande ville de province, divers monuments religieux lors des journées du patrimoine, quelques galeries d'art contemporain, musée et autres vernissages. Les modules ont été présentés aussi officiellement: au GMEA, groupe de musique électroacoustique d'Albi, Palais des Arts et la galerie Sollertis, Toulouse et dans d'autres lieux institutionnels.
Les modules s'apparentent aux Tags Sonores.

David Brunner

 

Les artifices de la nuit :
Qui ne s’est jamais laissé aller au plaisir du lèche-vitrine ? Entre deux boutiques, on peut découvrir aussi l’univers d’un artiste. L’art en passant... Le musée d’art moderne et d’art contemporain de Nice propose une nouvelle présentation des artistes contemporains au rez-de-chaussée du bâtiment (...) Une façon plus spontanée d’appréhender l’art. Pas de visite, pas d’horaires d’ouverture du musée à prendre en compte. Cette présentation en vitrine peut être appréciée à tous moments du jour et de la nuit par les piétons et même les automobilistes arrêtés au feu rouge. La « vitrine » niçoise de David Brunner produit des œuvres qui s’effacent presque aussitôt après avoir été vues. Des œuvres-minute. Utilisant des jeux de lumières et, en particulier, des flashs pour imprimer sur une toile phosphorescente des ombres évanescentes, il ne cherche pas à immortaliser mais plutôt à montrer l’instantané. Empreintes éphémères, images insaisissables...Pour cette présentation à Nice, il a choisi le thème des « artifices de la nuit ». Avec guirlandes de Noël, boule à facettes, robe de soirée, lumières noires, tubes et flashs colorés. On retrouve aussi ses phosphochromes qui dégagent une lumière verte, le soir venu. Enfin, il a instauré un jeu avec les visiteurs. Lorsque l’on passe devant la vitrine, des flashs crépitent et des chants de Noël se répètent inlassablement animés par une cellule qui détecte une présence. Le passant, piégé et surpris par ces lumières peut s’arrêter ou poursuivre son chemin...« Tout le monde a droit à son quart d’heure de gloire. Les artifices de la fête mettent en valeur les corps qui bougent, dansent. Ils starifient monsieur et madame tout le monde. Et, c’est le rêve qui est en marche, la machine à bonheur qui rempli son office ». Le monde serait-il une boule à facettes ? Une suite rondoïde de petits miroirs renvoyant une multitude d’images éphémères ?

Hélène Erena

 

Shark Millenium :
Quoi ! On nous aurait donc menti ? Les faux-prophètes, les pseudo- visionnaires ou autres rêveurs debout peuvent se fourrer le doigt dans l’œil : Le 21ème siècle ne ressemble en rien à leurs prédictions. Qu’en est-il de la voiture sans conducteur, des villes sous la mer ou dans les airs, des voyages intergalactiques ? Et l’énorme bug de l’an 2000, la chute de la station Mir, on les attend toujours ! À force d’entendre des histoires toutes plus abracadabrantes les unes que les autres, nous ne porterons plus le moindre crédit aux élucubrations des professionnels de la profession. Quitte à être délirant, autant l’être jusqu’au bout : comme lors d’un vieil épisode de la série TV Happy Days, où Fonzie fait du ski nautique en blouson de cuir et saute au-dessus d'un requin, il est temps de faire un Jumping The Shark au- dessus des futurologues. Pour relancer l’intérêt d’un public las des mêmes rebondissements dramaturgiques, lorsque les ficelles scénaristiques sont devenues des câbles, la seule solution est d’en faire des tonnes. Tout le monde veut vivre avec son temps, slogan ultra-rabâché des années 90 ; mais notre temps va trop vite, à peine nous sommes-nous habitués à une nouvelle avancée technologique qu’elle est déjà obsolète. Alors, on court après, de plus en plus vite, à en perdre haleine. Mais c’est peine perdue, on ne rattrape pas la science en marche, et même si son rythme frénétique, exponentiel, dépasse largement le rythme d’acclimatation humain, elle ne nous attendra pas. Maintenant que nous sommes rentrés de plain-pied dans le troisième millénaire, il faut se résoudre à l’évidence, le futur tel qu’on le rêvait n’a toujours pas pointé le bout de son nez... Que faire ? On ne va pas l’attendre indéfiniment, notre temps nous est compté ; il faut donc décider d’un nouveau postulat : Le futur est maintenant, et puisqu’il n’est pas fidèle à nos attentes, autant l’inventer. D’ailleurs, nous ne nous adresserons plus aux professionnels du " c’était mieux avant " en les traitant de rétro ou de has been,. Insultons-les contemporain : Toi, t’es trop 20ème siècle ! Soyons 21ème ! Au terme de rétro futurisme, préférons celui d’intrafuturiste. Welcome to the future, the future is now ! Et plutôt que de se plonger dans les discours obscurs des spécialistes, revisitons sans complexe les mythes et légendes populaires du 20ème siècle : les films, les séries TV, les livres de SF ou de vulgarisation scientifique. Tout est à notre portée pour réaliser nos propres scénarii d’anticipation...

SB