Musée d'art moderne et contemporain à Toulouse, FRAC Midi-Pyrénées

Art contemporain
en Midi-Pyrénées

Anne Deguelle | Artistes

Anne Deguelle

 

Extraits d’un entretien avec Caroline Coll-Seror, avril 2005

AD: - Dans mon travail, il y a beaucoup de photographies et de projections lumineuses. Ces médiums agissent aussi comme métaphores de notre connaissance de l’univers. Le fait d’arrêter les photons conditionne l’apparition des images.

CCS : - Photographies, vidéos, environnements, projections lumineuses, œuvres sonores… Comment comprendre la multiplicité des pratiques auxquelles vous recourrez ? Champ de recherches sur « l’image » ou moyens d’explorer les signes du réel ?

AD : - Tout d’abord tous ces moyens sont à la disposition de tous les artistes et bien d’autres sont à notre disposition, ce ne sont que des médiums. Personnellement je ne me définis ni comme photographe, ni comme vidéaste ou cinéaste, Toutefois, comme nous venons de l’évoquer, j’ai une prédilection pour tout ce qui touche la lumière, projection et éléments lumineux, lampes, néon etc. et la photographie dans sa forme traditionnelle est encore un enregistrement de la trace des photons dans l’espace. 
Il y a ensuite. un souci d’incorporer le spectateur au centre du travail, par sa présence et ses déplacements dans ou autour de l’œuvre. Nous ne sommes plus depuis longtemps dans un rapport centré, frontal et idéal – l’œil du Prince- nous évoluons au contraire dans l’univers de la fragmentation. Les installations permettent les déplacements et une approche fragmentaire de l’œuvre. Il devient acceptable de voir un moment de l’œuvre, sa vision ou son expérimentation parcellaire ne sont pas forcément une trahison mais s’apparentent au moment, et il y a beaucoup de moments possibles.

CCS : - Nombre d’œuvres peuvent- à la fois être perçues comme des témoignages – rendant compte d’un événement, d’un vécu ou encore d’une réalité sociale – et comme des images agissant poétiquement ? Comment articulez-vous ces deux aspects ?

AD : - Ma démarche prend appui sur deux nécessités. Le lieu qui intervient dans l’œuvre est d’abord lieu commun. Je l’entends à la fois comme territoire partagé et fondement d’un raisonnement. Dans la rhétorique du XVIIIème siècle, le lieu commun est, dans un discours complexe, l’articulation qui permet à tous de se retrouver. Il s’agit donc de pointer ce qui est là, simplement de l’éclairer et le seul fait de l’éclairer induit une sorte de ré enchantement. Il s’agirait donc d’une tentative de réenchantement du monde. Ce réenchantement traverse les œuvres d’art, cela nous le savons par expérimentation, mais il traverse aussi une parole ou un témoignage dit plus « quotidien ». La poésie n’est donc pas de mon fait, elle est présente en jachère.
Le travail de l’artiste n’est au mieux qu’un révélateur intuitif. J’assemble des éléments épars pour tenter d’en faire quelque chose de juste, notamment par rapport au lieu d’exposition, et quelque chose qui existe en soi.

CCS : - Quels rôles attribuez-vous à l’histoire et à la mémoire dans cette approche des lieux ?

AD : - L’histoire est un moyen, un outil pour décrypter mais elle est temporaire, sujette à variations suivant les préoccupations successives des époques. On parle alors de réinterprétation, de relecture. Il s’agit en quelque sorte de refaire le cheminement à l’envers, comprendre pourquoi telle version a été retenue plutôt que telle autre.
La mémoire implique une idée plus collective et plus poétique. Ce qui est encore plus troublant, ce sont les oublis, les amnésies, le manque. La fabrique de la mémoire comprend cet entrelacs des deux : il faut oublier pour mémoriser.

CCS : - Quel(s) rapport(s) cette mémoire entretient-elle avec le présent ?

AD :Un souci constant puisque c’est la mémoire qui crée notre présent, qui l’engendre et le nourrit, réactivé ou réactif. Le déchiffrage de notre présent encore plus énigmatique que le passé, transite par la mémoire.

 

2010
- « Time is out of joint », Centre culturel, Villeneuve-la-Garenne.

2008
- « Nuit Blanche », projection vidéo, Musée Zadkine, Paris.
- « Rose », Moments artistiques Christian Aubert, Paris. 
- « Grand Hôtel et Des Palmes », Galerie Dix9, Paris.

2007
- « Olivier », L'Été photographique de Lectoure, centre de photographie, Lectoure. 
- « Vanité et autres vidéos », Centre universitaire du Tarn-et-Garonne, Montauban.
- « Le journal de Palerme », livre, Librairie Bookstorming, La Maison rouge, Paris.
- « R/R », Musée Calbet, Grisolles. 
- « Olivier », auditorium de la Maison Rouge, Paris.
- « Un million et quarante quatrième anniversaire de l'art », Musée Zadkine, Paris.

Expositions collectives

2010
- « Its a kind of magic ! », Musée d'art moderne Weserburg, Brême, Allemagne.
- « Dessins 2 » Galerie Phal , Paris.
- « Parcours singuliers », Théâtre de Privas, revue faire part.
- Salon du dessin contemporain, Caroussel du Louvre Paris, galerie Phal.

2009
- « elles@centrepompidou », Musée national d'art moderne, Paris.
- « Autres Rives / Autres Livres », Bibliothèque Municipale, Thionville.
- » Phase Zéro », Galerie Serge Aboucrat, Paris.
- « Ligne à Ligne », Galerie nationale d'Indonésie, Jacarta .
- Salon du dessin, stand Christine Phal, Paris. 

2008
- « Marché de Noël », centre d'art Le Lait, Albi et Castres.
- « Hospitalités »,choix vidéo du réseau TRAM,Musée du Jeu de Paume,Palais de Tokyo, Paris
- Archives de l'Essonne, Fête de la Science, Château de Chamarande.
- SLICK, stand galerie Dix9, Paris. 
- Sur une proposition de Anne Deguelle "à n dimensions", Galerie Phal, Paris.
- « Livres d'artistes », dans le cadre de la Biennale, Libairie Zadig, Berlin, Allemagne.
- « Transparences », L'Imagerie, Lannion.

2007
- ...in a mysterious way, Espace carte blanche, Paris.
- Dessine-moi un, Galerie Serge Aboucrat, Paris.
- Rencontre #3, L'Atelier blanc, Villefranche-de-Rouergue Rencontre #3, La Menuiserie, Rodez .
- Etre présent au monde, MAC / VAL, Vitry, accrochage #2 des collections permanentes.
- Premier salon du dessin contemporain, Paris.
- L'Été photographique de Lectoure, centre de photographie, Lectoure 
- Bis repetita placent, École des Beaux-Arts de Poitiers

 

  • De l’Orientation
    Vue de l’installation à Saint-Clar, "Cheminements", Centre de photographie de Lectoure, mai 2005 Tapis orientaux, réseaux lumineux, vidéoprojection Remix, cartes du ciel, livret les noms arabes des étoiles, bande sonore
  • Triangle noir
    Vue de l’exposition "Cosmique City Bled", Musée Zadkine, Paris, 2004 Vidéo 5’30’’
  • X/Beuys
    Vue de l’exposition au Neues Weserburg Museum , Brême, Allemagne, 2004 En haut, vue partielle de la série X/Beuys, 1986-1996 En bas, détail d’une vitrine avec Lemon-time, 1994, montre activée par 2 citrons
  • Le presbytère n’a rien perdu…
    Vue de l’exposition "Cosmiquebled", Les Arques, Lot, été 2004 Installation lumineuse sur la tour du presbytère, cordon lumineux, 900x120 cm, film coloré sur fenêtre
  • Dans le mitan du lit
    995-2003 Vue de l’exposition "Avoir 20 ans", Les Abattoirs, Toulouse, été 2003 Structure bois et voile, réseaux lumineux sur rhéostat, vidéo sur moniteur, bande sonore, 800x400x200 cm
  • Les voyages de Monsieur Boucicaut
    Vue de l’exposition "Singuliers voyages", Domaine de Chamarande, 2003 Projection vidéo, carte, documents, post-it, bande sonore